La crise sanitaire a bouleversé le paysage de l’immobilier de bureaux et le territoire lyonnais n’a pas été épargné. Ici, comme ailleurs, la graine du télétravail a pris racine et, déjà, les entreprises amorcent des chantiers en profondeur. Travail hybride, réorganisation des espaces de bureaux, digitalisation, la Métropole de Lyon entre dans une nouvelle ère. Quels sont ces nouveaux modes de travail post-covid ? Et quel est leur impact sur la stratégie immobilière des entreprises lyonnaises ? Pour en parler, nous avons donné rendez-vous à trois experts au pied de la colline de l’Observance dans notre nouveau site lyonnais, Newton Offices Vaise.

Pour quelles raisons Newton Offices a choisi de s’implanter à Lyon ?

Selon Guillaume Pellegrin, Président Fondateur de Newton Offices, leader de la location de bureaux flexibles en régions : « Lyon est le premier marché tertiaire de France derrière Paris, il était donc évident de s’y installer. Avec Newton Offices Vaise, nous voulions proposer des espaces de travail flexibles, dynamiques, lumineux et aérés dans un quartier demandé par les entreprises lyonnaises. Partant de nos origines méditerranéennes nous avons voulu proposer des espaces de travail flexibles, chaleureux, aérés, presque émotionnels, où les gens sont amenés à se croiser et échanger. Parti d’un simple bureau, le lieu de travail est devenu un véritable hub social. Au-delà de cela, nous avons toujours tenu à cœur chez Newton Offices de mailler le territoire, avant même la crise sanitaire. Nous cherchons à proposer plusieurs implantations dans chaque métropole, l’objectif est de décongestionner les quartiers d’affaires et de dynamiser les territoires en proposant plusieurs alternatives dans chaque métropole. On pourrait ainsi, par exemple, travailler près de l’école des enfants le matin puis rejoindre son équipe pour une réunion en fin de matinée en évitant les bouchons de 8h30… »

À Lyon, comment salariés et entreprises ont-ils réagi à la crise sanitaire ?

Selon Philippe Valentin, Président de la CCI Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne : « Notre première mission a été d’informer les entreprises sur les aides qu’elles pouvaient recevoir. Ensuite, s’est posée la question du maintien du lien social pendant toute la période de pandémie. Nous avons mis en place des baromètres. Sur un panel de 800 entreprises, nous avons pris la température de la métropole de Lyon. On a observé un cheminement au fil du temps quant à l’organisation des espaces de travail. D’abord, il y a eu le choc et l’incompréhension. Cette période a été marquée par beaucoup de bienveillance et de résilience. Puis, il y a eu une phase anxiogène à mesure que déferlaient les nouvelles vagues pandémiques. À cet instant, on a noté le désir des salariés de retourner au bureau car le télétravail, s’il est mal vécu, pèse sur le moral. Aujourd’hui on est face à la construction d’une nouvelle société, avec une jeune génération qui aspire à autre chose. L’économie est en train de repartir, mais elle est complètement désorganisée. Elle requiert de la part des entreprises plus d’agilité et de flexibilité. Deux caractéristiques que l’on retrouve dans les besoins actuels en espace de travail. »

Quel impact la crise sanitaire a-t-elle eu sur les modes de travail à Lyon ?

« Nous avons mené une grande enquête sur les nouveaux modes de travail en régions, raconte Guillaume Pellegrin, Président Fondateur de Newton Offices. On voulait sortir de la vision parisienne de ces bouleversements et observer ce qu’il se passe en régions. À la question : « Où souhaitez-vous travailler ? », la majorité des personnes interrogées répondait « au bureau », sans hésiter. Tandis que 22% préférait rester en télétravail et le reste optait pour un rythme hybride. On s’est aperçu que le télétravail était envisagé sur une période d’un ou deux jours par semaine en majorité. La question qui se pose alors aux entreprises est la gestion des mètres carrés de bureaux et ce qu’elles en font. »

Comment les entreprises lyonnaises adaptent-elles déjà leurs espaces de travail à ces nouveaux enjeux ?

« Avec la crise, je pense qu’on a pris conscience que le sens au travail passe aussi par ces lieux de travail qui préservent la qualité du lien social, explique Eric Babolat, Président de l’équipementier Babolat, dont le siège est à Lyon. Le télétravail, c’est bien quand on a besoin d’être seul, de se concentrer. Mais en même temps, l’Homme a besoin de se nourrir de relations aux autres et d’interagir. Le bureau est aujourd’hui moins binaire qu’il ne l’était autrefois. Chez Babolat, on a fait le choix d’aménager nos bureaux de manière à concevoir des espaces de travail, de repos, de restauration et de sport pour que nos équipes, lorsqu’elles ne sont pas sur le terrain, aient un endroit qu’on appelle « un camp de base » pour se retrouver, se reposer, se ressourcer, préparer et débriefer de la réalité concrète du terrain. Le fait qu’on ait cherché à concevoir nos locaux comme des espaces de vie professionnelle collaboratifs, et non pas juste des postes de travail individuels, nous permet de confirmer que, même après la crise sanitaire, les gens sont très contents de venir au travail. »

New call-to-action