#32 – Anywr à Lille – S’appuyer sur un ancrage régional fort et des engagements RSE pour devenir un champion de la French Tech

Extra-Muros est le podcast qui met en lumière les plus belles réussites d’entreprises en régions. De Marseille à Lille en passant par Nantes, Lyon ou Bordeaux, Guillaume Pellegrin, fondateur de Newton Offices, interroge des dirigeants pour découvrir avec vous les raisons de leurs succès Extra-Muros.

Dans cet épisode, Gilles Lechantre nous explique comment des engagements et un ancrage local très forts lui ont permis de développer Anywr (ex-Cooptalis), la plateforme d’accompagnement à la mobilité internationale, et d’en faire un champion de la French Tech.

Créée en 2012 à Lille, Anywr accompagne les candidats à l’expatriation dans leurs démarches à travers le monde et les entreprises en quête de talents internationaux.

Après plusieurs levées de fonds et un changement de nom, Anywr est aujourd’hui présent dans 17 pays et compte près de 1.300 collaborateurs de 27 nationalités différentes.

Gilles nous explique comment l’ancrage d’Anywr dans l’écosystème lillois lui permet d’atteindre une croissance hors normes et d’être membre du French Tech 120 pendant 4 années de suite.

« Je vois beaucoup d’agences de développement de territoire, de développement économique qui parcourent le monde pour vendre leur territoire. »

« Ils vous draguent aussi ? Quelque part, vous êtes une force pour potentiellement vendre un pays, une région, une ville. »

« Oui, bien évidemment. Pour nous, c’est vraiment des partenaires, on n’est pas du tout concurrents. Tu sais, je suis très territoire, je suis très Hauts de France, Métropole de Lille, on travaille en collaboration avec la marque Hello Lille, qui est une super belle marque d’attractivité économique. »

« On salue Monsieur Navarro. »

« Oui, François Navarro, que je connais évidemment très bien, que tu connais aussi. François, quand il a pris fonction il y a maintenant 4 ans, la marque est très jeune, Hello Lille, je crois, 4 ou 5 ans, il me semble. Je suis devenu un ambassadeur de la marque Hello Lille.

Parce que bien évidemment, il a compris qu’aujourd’hui, l’attractivité des talents, on va chercher des talents à l’international. C’est important dans les entreprises que Hello Lille peut attirer sur son territoire. Et on travaille vraiment main dans la main avec eux.

Il n’y a pas que sur Lille, mais aussi au niveau national et international. On travaille aussi avec Business France, en collaboration aussi avec eux, à l’international.

Évidemment, la marque French Tech aussi maintenant, qui n’est pas qu’une marque nationale, mais bien évidemment, tu sais que c’est une marque très internationale.

Donc on est accompagné, et on accompagne des structures, privées et institutionnelles sur ces sujets. »

Gilles nous raconte également la genèse du Projet Mercure, qui vise à la remise à l’emploi de réfugiés. Un des engagements RSE forts d’Anywr.

« C’était en 2019. Comme je t’ai expliqué, on fait du recrutement à l’international, on va dans énormément de pays.

À un moment donné, je me suis dit que c’est quand même dingue d’aller sourcer des candidats… Du côté français, des candidats informaticiens à Madagascar, je fais 16 000 km pour aller là-bas et c’est génial parce que bien évidemment, je vais chercher des talents qui sont là-bas et quand ils viennent ici en France, on est super fiers de ce qu’on fait.

Et puis, à un moment donné, avec la crise migratoire, avec tout ce qu’on entendait aussi et nous, on est de Lille, alors bien évidemment, avec tout ce qu’on voit sur Calais, par exemple, je me suis dit « Tiens, c’est quand même dingue qu’on puisse aller faire autant de kilomètres pour aller chercher des talents. Il y en a peut-être qui sont à 5 minutes de chez nous, à 5 km, 30 km ou 100 km. »

Donc, on a commencé à regarder ça. Le sujet des réfugiés, je ne savais même pas que c’était, c’est un statut particulier, le réfugié. Parce que déjà, c’est des gens qui ont un statut de réfugié, ils ont une autorisation de travail, donc ça change beaucoup de choses au niveau administratif.

On a commencé à regarder ça, on a répondu à un appel d’offres dans le cadre du PIC, Plan d’Investissement dans les Compétences. Et moi, je me suis « maqué » avec une association.

Je me suis dit « on est une entreprise privée, si on répond à un appel d’offres sur ce sujet-là, je pense qu’on va se faire recaler. » Donc je suis allé voir une association.

J’ai pris la plus vieille association de réfugiés en France : l’AIR. Et coup de bol que je ne savais pas, elle est installée à Marcq-en-Baroeul. Donc ça tombait bien parce qu’on était à côté. C’était vraiment le coup de chance.

Et donc, à l’époque, ils ont commencé avec les sacs de riz à Sarajevo, à l’époque de Kouchner. Ça a démarré comme ça l’association. Et ils m’ont vu arriver, bien évidemment, New Tech, French Tech, quand ils m’ont vu arriver, je ne fais pas de cliché associatif, mais ça a été un peu un choc des cultures, on va dire ça très proprement.

Et puis on s’est bien entendus. Puis, je leur ai dit « Écoutez, faites nous confiance, on va répondre à un appel d’offres commun pour accompagner d’abord sur les Hauts de France, 400 réfugiés à la remise à l’emploi. » Et bingo, on a répondu à l’ appel d’offres.

Et puis, tout le monde m’avait dit « De toute façon, laisse tomber, on n’y sera jamais ». Parce qu’en plus de ça, on avait fait une levée de fonds de 20 millions d’euros avant. On va chercher des subventions, ce n’est pas possible. Et puis, on a monté le dossier, ça s’est super bien passé, on a été retenus.

Aujourd’hui, on est fiers d’accompagner pratiquement 350 réfugiés à la remise à l’emploi. Alors, soit c’est de la remise à l’emploi, soit c’est de la formation, c’est du CDI, c’est du CDD. Il y a plein de cas aussi individuels.

On a une équipe, et je les salue, extraordinaire sur le Projet Mercure en interne, qui travaille uniquement sur l’accompagnement de ces gens.

Évidemment, on propose ces candidats comme tous les autres candidats à nos clients. Et aussi en interne on a aussi recruté des personnes qui venaient de ce dispositif. »

En écoutant cet épisode vous découvrirez notamment :

  • La genèse d’Anywr, les valeurs et la mission de l’entreprise.
  • Comment Anywr a traversé la crise COVID et la fermeture des frontières.
  • Les forces de la plateforme, pour les candidats et les entreprises.
  • Qui sont les clients d’Anywr.
  • Le modèle économique de la plateforme.
  • Les liens forts d’Anywr avec son écosystème local.
  • L’implication personnelle et l’attachement de Gilles sur le territoire lillois.
  • Le Projet Mercure, en faveur des réfugiés.
  • Les engagements RSE et QVT d’Anywr.
  • Les prochaines étapes de développement.

Un grand MERCI à Gilles pour ce témoignage passionnant et à bientôt pour de nouvelles histoires de succès d’entreprises Extra-Muros !

Pour suivre l’actualité d’Extra-Muros rendez-vous sur Linkedin.

Pour recevoir les prochains épisode, abonnez-vous dès maintenant sur :

Location de bureaux chez Newton Offices